•       Voici les images inédites d'une douzaine de dauphins tentant de secourir l'un des leurs.

    Ce dernier, paralysé, se retrouvant ainsi dans l'incapacité de nager et par conséquent, de remonter à la surface afin de respirer, déclenche un phénomène d'entraide filmé pour la toute première fois.

          En effet, et face à cette situation, se met en place une formidable organisation où le groupe essaye, tout d'abord, de retourner le cétacé blessé. Ne parvenant pas à rétablir leur congénère, les dauphins se meuvent alors sous la forme d'un « radeau vivant », venant porter et maintenir à la surface leur compagnon mourant.

          Il va sans dire que le malheureux dauphin, condamné à ne plus jamais pouvoir nager, n'a pas survécu et ceci, malgré les efforts déployés. Cependant, ces images bousculent les propos établis sur le fonctionnement de cette espèce, venant balayer les savoirs empiriques tournant autour de « la société des dauphins ». Aujourd’hui, il est plus que jamais question de parler de « l'esprit du dauphin ».


    votre commentaire
  •  

    sauvez-le-dauphin-maui
     
          La dernière réunion de la Commission baleinière internationale (CBI), à Panama, a soulevé, par le fait d'une ONG allemande, le cas du dauphin de Maui de Nouvelle-Zélande. Très rare, ce cétacé est en extrême danger d'extinction. Ne voyez aucune cause naturelle à cela! Il se voit tout simplement et littéralement décimé par les engins de pêche côtiers!
     
          « Soyez sûrs que ces magnifiques dauphins sont en train de suivre le même chemin que le Dodo [cet oiseau néo-zélandais éradiqué par la chasse], et que le gouvernement de Nouvelle-Zélande est au courant de cela. A moins que quelque chose ne se passe immédiatement, et le gouvernement en a bien pris acte, le seul endroit où vous pourrez voir un dauphin de Maui, ce sera empaillé dans un Muséum », a averti le Dr Barbara Mass, de l'ONG environnementale allemande NABUInternational.
     
          Ayant pris la parole lors de la dernière CBI, cette scientifique spécialiste a travaillé pour les autorités environnementales néo-zélandaises. De part l'urgence de la situation, le but de cet intervention était celui de déclencher une prise de conscience quant au cas du dauphin de Maui. Le constat est en vérité plus que funeste! Selon le Dr Mass, les mers et océans ne compteraient plus que 22 femelles reproductrices de cette rare sous-espèce du petit dauphin d'Hector et endémique de Nouvelle-Zélande. Elément révoltant, comme l'a souligné la spécialiste, la principale menace qui pèse sur ces cétacés pourrait largement être contrôlée!
     
    dauphins-de-maui-de-l-extinction
     
          En effet, ce dauphin côtier, reconnaissable entre autre à son aileron arrondi, est depuis des années victime des filets maillants en nylon installés le long du rivage par les puissantes industries de pêches. Ce prenant dans les mailles et n'arrivant plus à s'en dégager, les dauphins succombent et meurent en nombre ahurissant! Ainsi, et d'après les chiffres, sa population aurait chuté de 94% depuis les années 1970!
     
          Notons que la chose aurait pu être évitée car le Dr Mass n'est pas la première, loin de là, a avoir dénoncé ces filets mortuaires! Les organisations de protection se sont ainsi acharnées à pointer du doigt, depuis des années, ce fléau. Cependant, rien, absolument aucune mesure n'a été menée pour empêcher ce massacre! L'initiative internationale, née au début de l'année et soutenue par le docteur Mass, visant à pousser le gouvernement à interdire l'utilisation des filets maillants dans les zones d'habitat du dauphin de Maui, est ainsi restée lettre morte. Et en réalité, la chose est compréhensible...qu'est-ce que l'extinction d'une espèce face aux milliards de dollars et d'euros, entre autres devises, générés par la pêche industrielle? Entre intérêts financiers et préservation des océans, le choix est vite effectué...
     
          Ainsi, lorsque le dauphin de Maui ne sera plus qu'un vulgaire animal mort, laissé en pâture aux quelques visiteurs de musées, il sera bon de se rappeler cela et d'inscrire sur la plaque d'or figurant sur le socle du cadavre embaumé: « Spécimen d'une espèce, jadis flamboyante, qui s'est vue assassinée et décimée pour une poignée d'écus »

    votre commentaire
  •  

        
     
          Les dauphins adorent s'ancrer et venir jouer à l'étrave des bateaux. Voici de splendides images captées de ce moment magique qui, filmées depuis la coque, sont réellement magnifiques. Je vous laisse à cette beauté...

    votre commentaire
  •  

    dauphin blanc
     
          Un institut de recherche a été mis en place dans la région autonome de Zhuang du Guangxi (sud de la Chine), sous l'impulsion du département régional de la science et de la technologie et de l'Institut d'océanographie du Bureau national des affaires océaniques.
     
          La visée de cet organisme est celle d'assurer la protection des dauphins blancs chinois, une espèce des plus rares et amplement menacée car, en réalité, elle représente, dans la catégorie des animaux marin,celle la plus en danger de l'entièreté du pays. De part ce fait, le « panda marin », plus connu sous cette appellation, est sous la protection de première classe de l'Etat.
     
          Ce mammifère vit principalement dans les mers proches de la ville de Xiamen et de l'estuaire de la rivière des Perles, dans le sud du pays, et a pour lieu de naissance le golfe de Sanniand (dans la ville de Qinzhou du Guangxi).
     
          Ainsi, l'institut se concentrera sur la protection de ces dauphins, tout en surveillant, parallèlement à cela, l'écologie de leur milieu marin. Une campagne de prévention de la pollution marine sera également prise en charge par l'organisation.
     
          D'après les dires de l'académie chinoise des sciences halieutiques, près de 2000 dauphins vivent dans les mers de ce pays. Espérons que cette nouvelle initiative permettra à ces cétacés de voir leur nombre augmenté afin que longtemps, ils puissent peupler ces mers de Chine.

    votre commentaire
  •  

     

          Voici Kira, une chienne labrador du Mozambique qui, dès qu'elle aperçoit un aileron furtif, plonge avec hâte pour aller nager avec quelques dauphins, qu'elle semble pour le moins adorer.

    votre commentaire