•  

     

    3000_dauphins_morts_sur_les_cotes_du_Perou
     
          Depuis plus de trois mois, résidents et pêcheurs des villes côtières du Pérou, découvrent, chaque jour, les cadavres d'une trentaine de dauphins, morts pour des raisons encore indéterminées. Suite à ces horribles visions quotidiennes, le gouvernement, poussé par les questionnements de le population, a ouvert une enquête.
     
          Étrangement, ces décès « non expliqués », coïncident avec l'ouverture de recherches, destinées à trouver des gisements de pétrole, au niveau des côtes péruviennes. Pour les scientifiques chargés de la conservation des animaux aquatiques, aucun doute ne subsiste, la compagnie pétrolière est bien responsable! En effet, les ingénieurs de cette sublime entreprise, utilisent des ondes sonores et des sonars afin de capter des signaux révélant la présence de pétrole. Or, il est connu et reconnu, que ces ondes ont des répercussions hautement négatives sur le système de navigation des dauphins, appelé écholocation. Complètement désorientés par ces sonars, à l'amère goût capitaliste et financier, ces magnifiques dauphins viennent ainsi se perdre sur les plages péruviennes, trouvant là leur mort, trace vivace de l'activité humaine.
     
          Les chercheurs de la Zoological Society of London avaient d'ailleurs prouvé, il y a tout de même de cela une dizaine d'années, que les sonars avaient des effets néfastes sur les cétacés. Outre cette perte de repère provoquant l'échouage et la mort, les sonars formeraient des bulles d'oxygène dans le sang des cétacés et seraient ainsi liés à des accidents de décompression chez ces derniers.  

    2 commentaires
  •  

     

    explosion.jpg
     

     

          Souvenez-vous du 22 avril 2010, encore une date toute empreinte de la grandeur de l'espèce humaine. Souvenez-vous de Deepwater Horizon, plateforme pétrolière responsable de la plus grande marée noire de l'histoire des Etats-Unis...
          Voilà aujourd'hui presque 2 ans que cette catastrophe a ravagé les étendues silencieuses et océaniques, peuplées de milles et une espèces...que deviennent-elles à cette heure?
     
     
    272893-deces-bebes-dauphins-pourraient-resulter
     
          Un an après la catastrophe, les bébés dauphins s'échouaient sans vie le long des côtes du golfe du Mexique, a un rythme dix fois plus élevé que d'ordinaire, ont indiqué des chercheurs américains.
          «La moyenne est de un à deux par mois. Cette année nous en avons 17, et février n'est même pas encore fini», avait indiqué Moby Solangi, directeur de l'institut situé à Gulfport, dans le Mississippi.
          «Pour une raison inconnue, (les femelles) ont commencé à avorter (...) ou (les bébés) étaient morts avant d'être nés», avait-il déclaré, ajoutant attendre les résultats des nécropsies pratiquées sur deux bébés dauphins afin de déterminer les causes de leur mort.
          Il a cependant estimé que ces décès pourraient résulter de la marée noire provoquée en avril 2010 par l'explosion de la plateforme pétrolière Deepwater Horizon, exploitée par BP.
          «Nous ne devons pas tirer de conclusions hâtives tant que nous n'avons pas les résultats» des nécropsies, a indiqué M. Solangi. «Mais ceci est plus que juste une coïncidence», avait-il toutefois ajouté.
          En 2010, le nombre de décès de dauphins a triplé par rapport aux années précédentes, passant d'une trentaine à 89, a également indiqué l'institut.
     
    dauphin
          Depuis février 2010, plus de 675 dauphins se sont échoués dans le nord du Golfe du Mexique, soit beaucoup plus que la moyenne annuelle de 74 échouages. Une recrudescence qui a alerté la National Oceanic and Atmospheric Administration(NOAA), laquelle a décidé de mener l’enquête.
          Des biologistes de l’organisation ont donc effectué les examens médicaux complets de 32 dauphins de la baie de Barataria l’été dernier. Le résultat est accablant : « La plupart d’entre eux souffrent d’une insuffisance pondérale, d’anémie, d’hypoglycémie et présentent des symptômes de maladies hépatiques et pulmonaires. Près de la moitié ont également des niveaux anormalement bas d’hormones antistress et qui participent à la défense du système immunitaire », rapportent les scientifiques sur le site Internet de la NOAA.
          Ils craignent que certains de ces dauphins, à la santé désormais hautement fragile, ne survivent pas. L’un des 32 dauphins étudiés a d’ailleurs été retrouvé mort en début d’année.

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique